Acheter l'action EDF en ligne : cours, prix et analyse
Acheter l’action EDF : cours, analyse des prix et conseils

Acheter l’action EDF : cours, analyse des prix et conseils

Alors que l’action EDF est côtée très bas en 2019 (nous ne recommandons PAS de l’acheter au vu de l’état de l’économie française), elle représente néanmoins une très bonne opportunité de spéculation, ayant des mouvements de prix assez prévisible

Verdict : à trader !

79% des comptes des investisseurs particuliers perdent de l’argent en tradant les CFD avec ce fournisseur.
Note: 40 votes

L’indice boursier français (CAC 40) intègre les quarante groupes les plus puissants du pays. Parmi ces entreprises, on peut citer EDF qui se spécialise dans l’électricité et qui est aussi l’un des composants essentiels du CAC 40.

La bonne nouvelle est qu’il est possible de trader l’action EDF sur les plateformes de trading en ligne pour réaliser des bénéfices intéressants sur le court et le long terme.

Guide pour acheter et vendre l’action EDF en ligne:

1. Apprendre à prévoir le mouvement du cours de l’action :

Les traders peuvent tenter d’anticiper le mouvement du cours boursier de plusieurs manières. En effet, ils peuvent se baser sur des indicateurs techniques qui se concentrent sur l’aspect numérique du cours. Ces derniers prennent en considération l’historique de l’action et d’autres facteurs relatifs au marché, en général, pour définir si le cours va passer par une phase de croissance. Aux côtés de l’Ichimoku, l’un des indicateurs les plus couramment utilisés est les bandes de Bollinger.

Alors que l’aspect technique est indéniablement utile dans le travail du trader, ce dernier ne peut pas s’y limiter. Un bon trader doit aussi s’intéresser à l’état financier de l’entreprise qui a émis l’action sur le marché boursier. Il est donc impératif qu’il soit bien informé sur son endettement et ses remboursements. Si la compagnie souffre de difficultés financières, les investisseurs risquent de ne plus lui faire confiance. Cela aura pour conséquence directe de faire chuter le cours de son action.

2. Faire des placements intelligemment :

Avant de plonger dans les détails, on indique que toute l’activité du trader se base essentiellement sur sa capacité à se placer correctement sur le marché. Il est, par conséquent, primordial de connaître toutes les étapes nécessaires pour acheter et revendre des actifs en bourse :

Tout d’abord, enregistrez-vous sur cette page.

INSCRIVEZ VOUS !

Le guide du trader : un MUST pour bien débuter au trading des actions !

Ensuite, il doit choisir le type de compte avec lequel il va travailler. Il est possible qu’il opte pour une version démo s’il n’est pas encore prêt, et préfère se donner le temps de pratiquer avant d’investir sérieusement.

Commencez avec un compte démo pour bien vous initier

Pour commencer à trader directement sur la plateforme, le trader peut entrer le nom de l’actif dans la case marquée par une loupe au coin supérieur/gauche de son écran, ou en cliquant sur l’icône pour afficher les différents marchés et choisir celui qui l’intéresse :

3. Réalisez votre première transaction

Après avoir trouvé et sélectionné l’actif qu’il désire échanger sur le marché, le trader peut entamer ses achats, simplement en cliquant sur ACHAT.

Un second tableau s’affiche alors et il faudra confirmer son achat.

Dès que vous maitrisez bien les bases, ne craignez pas à ouvrir votre première position avec un montant modéré

Si l’opération s’effectue correctement, une notification apparaîtra au centre de l’écran.

Pour revendre les actifs, la même opération se fait, mais en cliquant sur l’onglet « VENTE ». Pour plus de sécurité, il est aussi recommandé d’utiliser les commandes « Stop Loss » et « Take Profit » pour maximiser ses bénéfices sans courir trop de risques. Ces outils sont particulièrement utiles pour les traders débutants.

N’oubliez pas de limitez vos gains, mais surtout vos pertes !

Que sait-on sur le groupe EDF ?

EDF fait partie des groupes les plus influents au monde.

Le groupe EDF a placé ses actions sur le marché boursier en 2005, après avoir réalisé un changement radical sur son statut. L’entreprise est, en ce moment, le premier fournisseur d’électricité en France et l’un des plus grands fournisseurs d’énergie au monde. Les traders qui souhaitent rentabiliser leurs investissements sur le cours de l’action de ce groupe doivent connaître certaines informations essentielles.  La situation financière de la compagnie se base essentiellement sur la vente du gaz naturel et de l’électricité. Ces activités rapportent plus de 75 % des bénéfices du groupe. Le reste se résume aux activités adjacentes qui rapportent plus de 20 % du chiffre d’affaire d’EDF.

 Depuis des années déjà, le groupe a réussi à intégrer un grand nombre de pays étrangers.

EDF et la concurrence

Total a racheté le groupe Direct Energie.

Afin d’être en mesure de bien trader l’action EDF, il est recommandé de bien s’informer sur les différents concurrents du groupe. Auparavant, il était dominant au point de n’avoir aucune concurrence. Cependant, de nos jours, il existe un certain nombre de groupes qui peuvent lui prendre des parts sur le marché. En voici quelques exemples :

  • Engie est un groupe qui a été le fruit de la rupture qu’il y a eu entre GDF et EDF. Il s’agit du concurrent le plus important au groupe EDF, actuellement.
  • Direct Energie est aussi un fournisseur français d’électricité. Ce groupe a gagné rapidement du terrain sur les marchés durant les quelques années récentes.
  • ENI est une compagnie étrangère qui impose une concurrence sérieuse à l’échelle internationale.

EDF a atteint un tel niveau de compétitivité, que les petites entreprises qui ne figurent pas dans le CAC 40, ne peuvent imposer qu’une concurrence limitée et pratiquement insignifiante.

Les  Partenariats signés par EDF

La partenariat avec Altran peut ouvrir de nouveaux horizons à EDF.

Au fil des années, EDF a pu s’établir sur le marché grâce à de multiples partenariats avec des géants économiques.

Parmi les partenaires les plus importants d’EDF, on peut citer :

  • DALKIA : il a signé un contrat avec EDF pour développer un système qui limite l’entartrage des équipements.
  • Altran : la compagnie EDF s’est tournée vers Altran afin de trouver un meilleur système de gestion de l’énergie.
  • Engie : un autre géant qui se spécialise dans l’énergie et qui figure aussi sur la liste des groupes du CAC 40. Les deux groupes ont signé un accord qui vise à améliorer leurs stratégies.

EDF a signé plusieurs contrats avec des entreprises moins importantes mais qui affectent le mouvement du cours de son action. Par conséquent, il ne faut jamais négliger les petites entreprises, même celles qui semblent insignifiantes.

Comment se porte l’action EDF ?

L’année 2017 n’était pas favorable à l’action EDF.

En suivant les graphiques mis à la disposition des traders par les plateformes de trading en ligne, on peut constater que l’action EDF est cotée sur le compartiment A sur Euronext Paris. Elle figure aussi sur le marché Euronext 100.

En ajoutant à cela une étude approfondie du marché, on peut facilement se rendre compte du fait que l’action d’EDF a commencé avec une croissance fulgurante. Ainsi, sa valeur a pu rapidement atteindre les 58.5 €. Il va sans dire qu’un grand nombre de traders ont réalisé de gros bénéfices durant cette période. Bien entendu, une telle croissance ne peut engendrer qu’une rechute, et celle-ci a duré jusqu’au printemps de l’année 2009. C’est en 2011 que le cours remonte enfin, pour toucher le seuil des 41 €. Le cours de l’action rechute de nouveau jusqu’en 2013, mais il est rapidement repris et continue à croître progressivement.

Ce qu’il faut retenir sur l’action EDF

Il existe une série de facteurs qui peuvent avoir des conséquences directes sur le cours des actions des groupes français comme Vinci ou Orange, par exemple. Il est donc essentiel d’en prendre conscience et de les considérer lorsqu’on établit une stratégie de trading. Voici un résumé des plus importants d’entre eux :

Comme pour l’ensemble des entreprises spécialisées dans ce secteur, le cours des l’actions est affecté directement par celui de l’énergie. En d’autres termes, il faut toujours garder un œil sur les prix des matières premières (pétrole, gaz naturel, fioul etc…).

Les nouvelles technologies et innovations peuvent aussi affecter le cours d’une manière surprenante. Il est primordial de suivre les nouveautés des laboratoires de R&D qui se spécialisent dans l’énergie électrique, fossile et alternative.

Ici, nous allons présenter les informations les plus importantes sur la finance du groupe EDF :

  • Pour l’année de 2015, EDF a plus de 38 millions de clients. La grande majorité d’entre eux sont français.
  • EDF a enregistré un CA qui frôle les 73 milliards €, la même année.
  • En 2012, le groupe a produit plus de 640 TWH.
  • La dette d’EDF dépasse les 33 milliards pour l’année de 2011. Pourtant, le groupe a enregistré un résultat intéressant de plus de 3 milliards €.
  • Les actionnaires d’EDF ont touché près de 30 millions € en dividendes, pour l’année de 2007.

Des données supplémentaires sur le groupe EDF

EDF fait face à de nouveaux challenges écologiques, en ce moment. C’est la filiale EDF Energie Nouvelle qui se charge de tout ce qui est en relation avec l’écologie. D’autre part, elle est en constante recherche d’innovations dans ce secteur. Son objectif est d’apporter des améliorations au groupe EDF pour lui permettre de dépasser les restrictions qui lui sont imposées. Par ailleurs, elle a aussi un impact clair sur le cours de l’action du groupe. En effet, ce dernier a connu une forte croissance depuis sa création. Parmi les domaines écologiques sur lesquels elle se base on cite :

  • Les éoliennes terrestres :  Il s’agit de la part la plus conséquente de l’activité de production d’énergie renouvelable du groupe EDF. Elle en représente 86% et elle est déployée en Europe, en Afrique, en Amérique du nord et au Moyen-Orient. Pas moins de 15 pays participant dans le production de plus de 6.84GW. Cette énergie ainsi produite est essentiellement destinée au marché Américain, Français, Turque et Britannique.
  • EDF et l’énergie éolienne maritime : EDF a investi dans l’énergie éolienne maritime. Cela lui permet d’exploiter trois parcs sur les cotes normandes et bretonnes (Fécamp, Courseulles-sur-Mer et Saint-Nazaire). EDF peut aussi profiter des cotes belges et britanniques. En ce moment, le groupe dispose d’une capacité totale de production de 1 500MW de puissance.
  • EDF et l’hydroélectricité : EDF tient un rôle incontournable dans la production d’électricité hydraulique. 640 barrages et 439 centrales lui permettent de distribuer chaque année plus de 45 milliards de kWh d’hydroélectricité.
  • EDF et l’énergie solaire : grâce à des investissements à travers le monde EDF contrôle un nombre conséquent de parcs solaires au sol. Parmi les plus importants, on cite ceux en Europe méridionale, en Inde , en Israël , aux Etats-Unis et au Canada. Ces derniers lui permettent de devenir le leader Européen de ce secteur. EDF gère aussi plusieurs parcs solaires en toiture de bâtiments industriels, commerciaux et de collectivités. Le groupe a aussi pris la décision d’investir dans l’énergie solaire dans d’autres endroits du globe, comme au Chili ou encore en Afrique.

Pour les traders qui comptent trader l’action du groupe EDF, il est recommandé de suivre ses décisions de près. Celles qui concernent les énergies renouvelables ont de fortes chances d’avoir une influence considérable sur le cours de son action.

 Les atouts et inconvénients de l’action EDF

La valeur des combustibles est en croissance depuis déjà quelques années.

Il existe un grand nombre d’actions que les traders en ligne apprécient. L’idée est de trouver celle qui est la plus rentable et la plus compatible avec notre style de trading. Pour les traders débutants, il est vivement recommandé de trader les actions qui présentent le moins de risques. Ici, nous allons nous pencher sur les avantages et inconvénients que présente l’action EDF :

Les atouts de l’action EDF

Les centres de R&D (recherche et développement) représentent l’un des plus grands atouts d’EDF. En effet, leurs innovations qui se font de façon périodique génèrent de gros bénéfices à l’entreprise. Cela a pour effet de faire croître le cours de son action en bourse. Ainsi, les traders qui se tiennent au courant de ces projets peuvent facilement bénéficier de cette croissance. D’un autre coté, les opérations d’intégrations verticales peuvent lancer le groupe sur des marchés, qui lui étaient alors inaccessibles. N’oublions pas, non plus, que la société fait partie des rares qui ont réussi à s’imposer à un tel niveau, à l’échelle mondiale.

Les faiblesses de l’action EDF

Pour ce qui est des faiblesses que présente l’action EDF, il est essentiel de s’intéresser à ses concurrents les plus sérieux. En effet, ces derniers peuvent causer la chute du cours de son action en lui imposant une forte concurrence. En plus, il ne faut pas oublier les lois européennes qui changent souvent et qui imposent des limitations sur la production du gaz pour des raisons écologiques. Ces décisions peuvent affecter négativement le cours de l’action en bourse.

D’autre part, la taille de l’entreprise EDF peut causer de grosses pertes lors des périodes de crise. La compagnie ne se permettra pas de fermer ses filiales pour les moindres causes et encaissera les dégâts pour un moment avant de prendre de telles décisions. Durant ce temps, le cours de son action peut chuter d’une manière importante. Toutefois, souvent, une reprise peut aider les traders à refaire des bénéfices à l’aide des CFD. Il s’agit d’un outil de trading qui multiplie les bénéfices et qui permet aux traders de réaliser des gains, même lorsque la tendance du cours est baissière.

En ce moment, EDF monopolise plus de 80 % du marché et a une longueur d’avance sur ses concurrents.

Le seul bémol de cette action et qui mérité d’être mentionné est le fait que le groupe se limite à l’électricité et le gaz naturel. Ainsi, il est susceptible d’être touché par les crises. En effet, celles-ci auront forcément des conséquences négatives sur le cours de l’action du groupe. Enfin, nous portons notre attention sur la dette phénoménale du groupe qui ne semble pas diminuer sur les dernières années. On rappelle que le groupe ne dispose pas de capitaux propres dignes de ce nom, qui lui permettront de s’autofinancer en cas de besoin.